Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 15/12/2013

Comment notre cerveau apprend-il ?

Satanée mémoire ! Parce que vous ne savez toujours pas quel est le temps de cuisson d’un œuf à la coque, vous décidez de l’apprendre une bonne fois pour toutes en consultant Internet. Cette simple décision va provoquer dans votre cerveau un enchaînement de processus complexes…

Pendant la recherche de l’information, votre cerveau carbure déjà à plein régime et active plusieurs zones distinctes de façon simultanée : le lobe occipital, situé au-dessus de la nuque, vous permet de visualiser le contour et l’orientation des lettres qui composent le mot ; il travaille de concert avec le gyrus angulaire, via le cortex occipito-temporal situé sur les côtés de la tête au-dessus de l’oreille. Grâce à ce dernier, vous pouvez associer les mots « cuissons » « œuf » ou « durée » avec les concepts qui y sont attachés. De son côté, votre lobe frontal, responsable entre autres de la planification de mouvement, fonctionne avec le cortex moteur afin de vous permettre de taper sur le clavier et de manier la souris.

Alors que la page des résultats Google s’affiche, d’autres parties de votre cerveau se mettent en marche : le cortex cingulaire antérieur, situé dans la partie médiane de votre crâne, ainsi que le lobe frontal, deux zones responsables de la prise de décision et des raisonnements complexes. Des études ont même montré que l’utilisation régulière de moteurs de recherche permettait de développer considérablement ces zones du cerveau. Si vous cliquez sur plusieurs liens que vous souhaitez explorer les uns après les autres afin de trouver la meilleure recette, c’est votre cortex fronto-polaire, situé à l’avant du crâne au niveau du front qui va s’activer car il est en charge de la planification de tâches et de la distribution de l’attention pour des tâches secondaires.

Les trois mémoires

Une fois que vous avez trouvé l’information qui vous intéresse, il vous faut à présent la mémoriser correctement afin de pouvoir vous en servir plus tard. C’est à ce moment qu’entrent en jeu nos trois mémoires. La première est la mémoire sensorielle ; elle est quasi immédiate et enregistre sur un temps très court l’ensemble des sensations que nous percevons. Grâce à notre capacité d’attention située dans le lobe frontal, intervient alors la mémoire de travail : c’est elle qui sélectionne, parmi la multitude de données reçues, l’information qui vous intéresse, à savoir le temps de cuisson des œufs. Cette mémoire de travail fonctionne très bien pendant plusieurs secondes mais possède des capacités assez limitées. En effet, vous ne pouvez pas mémoriser plus de sept notions à la fois avec elle. Vous pouvez garder cette information le temps d’aller vous cuire ce fameux œuf à la coque… Mais si vous souhaitez apprendre cette information et donc la conserver pendant longtemps, une troisième mémoire prend le relais : la mémoire à long terme.

Cette dernière peut enregistrer les souvenirs émotionnels mais aussi les connaissances que l’on accumule dans notre vie. On parle alors de mémoire sémantique qui est située principalement dans le lobe temporal. De nouvelles connexions se forment entre les milliards de neurones qui se trouvent à cet endroit, formant ainsi un nouveau réseau à chaque apprentissage. Mais comme le cerveau est plastique et peut remodeler ces réseaux de neurones de façon continue, une autre partie du cerveau entre en jeu. Il s’agit de l’hippocampe, dont le rôle est étroitement lié à la mémoire même si les chercheurs ne savent pas exactement comment elle fonctionne. Pour certains, l’hippocampe permettrait d’associer les souvenirs entre eux. Pour d’autres, il aurait une fonction de répétiteur qui s’activerait principalement pendant les phases de sommeil : il repérerait les réseaux de neurones impliqués dans la formation d’un souvenir et les activerait de façon répétée afin de renforcer les nouvelles connexions formant un souvenir stable et durable. Voilà pourquoi après avoir répété dans votre tête le temps de cuisson de votre œuf, vous devez faire un petit somme afin d’enregistrer durablement cette nouvelle information.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF