Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 12/07/2013

Télévision et numérique, comment partage-t-on les écrans ?

Pendant plusieurs décennies, la télévision est restée le seul écran de la maison, dont elle était un élément central. Longtemps perçue comme un objet social regroupant toute la famille et l’ouvrant sur le monde, elle est à présent concurrencée par une multitude d’autres écrans comme les téléphones portables, les ordinateurs fixes puis portables et enfin les tablettes.

Pourtant, la télévision demeure aujourd’hui l’écran le plus regardé avec une moyenne de trois heures par jour contre trois quarts d’heure pour l’ordinateur et deux heures quarante pour la tablette. Mais à y regarder de plus près, l’usage de la télévision est devenu au fil du temps une activité beaucoup moins universelle. Tout d’abord, elle est principalement regardée par les retraités, les ouvriers ou les personnes à la recherche d’un emploi tandis que les cadres et les professions libérales ont vu leur consommation télévisuelle stagner. De plus, la constante progression de l’utilisation du web chez les plus jeunes (environ une heure par jour) concurrence le temps de visionnage de la télévision. En 1998, les 15-19 ans regardaient la télé plus de deux heures et demie par jour tandis qu’ils y consacrent à présent un peu plus de deux heures.

Un PC dans la maison

De même, la façon de regarder la télévision a évolué. Si elle reste une activité de soirée et surtout de week-end, elle est devenue avant tout solitaire. Cela s’explique par une augmentation des personnes vivant seules mais aussi par une multiplication du matériel s’intégrant ailleurs qu’au salon. Mais l’introduction du numérique dans le foyer y est aussi pour quelque chose.
L’ordinateur a commencé à s’installer dans les maisons françaises dans les années 80. Outil venant du monde du travail, difficilement intégré aux salles communes des foyers, le PC fut donc relégué dans les bureaux ou les chambres. Au fur et à mesure des années, les machines se sont miniaturisées tandis que leur usage s’est tourné vers le loisir. À présent, on compte deux configurations majeures : les foyers avec un PC à disposition (33%) ; dans ce cas, l’ordinateur est allumé en journée ou en soirée et est utilisé de manière ponctuelle par les membres du foyer comme une ressource à disposition pour jouer, visionner ou télécharger des contenus ; et les foyers avec un PC activé selon les besoins (30%) où le PC, allumé quelques heures, est utilisé pour effectuer des tâches bureautiques, des recherches ou poster des mails.

Individualisation des usages

Cette introduction du numérique a accéléré le processus d’individualisation des usages. L’émergence de la vidéo en ligne a permis un choix actif des programmes : désormais les jeunes générations (adolescents et jeunes adultes en couple) peuvent choisir ce qu’ils regardent et ne sont plus tributaires d’une grille de programmes. Dans le cas des ados, cette possibilité de choix leur permet de s’émanciper de la tutelle des parents et d’affirmer un peu plus leur indépendance.
Cette individualisation de la consommation signe-t-elle pour autant la fin de la famille et du vivre ensemble ? En fait, on se retrouve plutôt avec un entrelacement des pratiques. Ainsi, il est fréquent que les personnes regardant la télévision participent à une autre activité comme un repas, des tâches ménagères ou bien une conversation par téléphone, chat ou mail. De plus, l’ordinateur et la tablette sont à présent de mieux en mieux intégrés à la maison. On les retrouve dans le salon à côté de la télévision ce qui permet à plusieurs membres de la famille de pratiquer des activités différentes dans la même pièce. Moins soumise à une concurrence d’utilisation que l’ordinateur, la télévision devient un média de substitution que l’on regarde parfois faute de pouvoir jouer ou chatter avec ses amis. Et si l’on se retrouve seul devant un écran, ce dernier permet aussi de produire de nouvelles interactions entre les membres de la famille Ainsi, 74% des mères connectées utilisent Internet pour trouver des jeux à leurs enfants ou chercher des réponses sur des questions de santé. De son côté Laurence Bee, auteur du blog Parent 3.0, évoque moins le temps passé devant l’écran que le résultat de l’intégration du numérique dans la maison : plus de partage intergénérationnel, que ce soit au niveau des informations que des émotions créées par l’usage des écrans comme l’humour suscité par un lien ou le « like » que l’on accorde sur Facebook.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF