Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 19/04/2013

Les réseaux sociaux, un indicateur de notre capital social

Au lieu de nous enfermer sur un univers strictement virtuel, les réseaux sociaux nous poussent, dans un même mouvement, à resserrer nos liens tout en élargissant notre capital social.

C’est ce qui ressort de l’enquête The Strength of Internet Ties, menée par le Pew Internet & American Life Project sur les Internautes américains. Ceux-ci, avec l’avènement de l’Internet, sont en effet sortis de leur communauté d’origine (famille, amis, voisins, collègues) ; leurs relations sociales se sont transformées, les individus élargissant leur cercle à des relations bien plus éloignées géographiquement ou sociologiquement. Cependant, plutôt que de remplacer les anciens liens communautaires, les réseaux sociaux sont venus s’intégrer au maillage des connexions existantes.

Multiplexité

Selon cette enquête, il existe en effet une « multiplexité» de l’usage par les individus des médias : ceux-ci, au lieu de se soustraire, s’additionnent, de sorte que plus un individu utilise fréquemment un moyen de communication (téléphone, réseaux sociaux…), plus il aura recours aux autres. Le Pew Research estime ainsi que les Américains sont probablement davantage en contact aujourd’hui avec les membres de leur communauté, proche ou lointaine qu'avant l'avènement de l'Internet. Tout comme l’email, les réseaux sociaux jouent aujourd’hui un rôle conséquent dans le maintien des liens, amis proches ou relations plus lointaines.

Capital social

Les Internautes possèdent d’ailleurs un réseau plus important, avec un nombre légèrement plus élevé de liens significatifs, que les « non pratiquants ». Interrogés sur la question, 31% des Internautes américains ont estimé que leur utilisation d’Internet avait eu un impact positif sur le nombre de leurs relations, notamment sur leurs liens importants. Contre 2% seulement déclarant que leur réseau de connaissances avait pu diminuer du fait de leur pratique de l’Internet. En somme, loin de nous couper du monde, les réseaux sociaux nous permettent d’augmenter notre « capital social », défini par le politologue Robert Putnam comme l’ensemble de nos relations sociales et « des inclinations qui résultent de ces réseaux pour faire des choses l'un pour l'autre ». Désormais, les Internautes n’hésitent plus à solliciter les relations entretenues grâce aux réseaux sociaux en cas de besoin : trouver un logement ou un emploi, s’interroger sur sa santé… Ainsi, comme hier les amis, la famille ou les collègues, les réseaux sociaux aident aujourd’hui l’individu-internaute à se forger sa propre opinion afin d’affronter les grandes décisions de son existence. À ce petit jeu-là, plus il arpentera les réseaux sociaux, plus fort risquera d’être son capital social et plus sûre sera sa chance de faire les choix qu’il estimera les plus justes.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF