Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 24/06/2014

Quel est l'effet du numérique sur les métiers et les compétences ?

Alors qu'il est en train de modifier en profondeur l’économie et le monde du travail de façon générale, le numérique accompagne des modifications profondes et rapides des métiers.

Comme l'indique Bernard Benhamou, le délégué aux usages de l'internet au ministère de l'Enseignement et de la Recherche, « Le numérique qui était présent dans la plupart des structures des entreprises est en train de modifier le cœur de métier de ces dernières. Cela touche tous les secteurs, le tourisme, l’agriculture, les transports le développement durable... et depuis les cinq ou dix dernières années, le numérique est devenu le cœur de métier de pratiquement tous les métiers industriels. »

Cette démocratisation provoque une vague de fond qui touche l'ensemble des secteurs économiques et accélère la croissance de la productivité au travail. Ainsi aux États-Unis, l'indice de productivité a bondi de 30% entre 1997 et 2007 alors qu'il n'avait progressé que de 25% entre 1967 et 1982.

Obsolescence des compétences


La première conséquence visible de cette transformation est une évolution plus rapide des métiers et des compétences. Alors qu'il fallait l'équivalent d'une vie professionnelle pour voir ses compétences devenir obsolètes, le progrès technique semble avoir accéléré le phénomène. Cette obsolescence toucherait près d'un quart des salariés européens, d'après le Centre Européen pour le Développement de la Formation Professionnelle (CEDEFOP). Ces derniers jugent en effet que le niveau actuel de leurs compétences, nécessaire pour une performance professionnelle optimale, est équivalent ou inférieur au niveau exigé lors de leur entrée dans la profession. Ce sentiment d'être dépassé ne touche d’ailleurs plus seulement les seniors puisque plus de 20% des 30-39 ans déclarent que l’évolution technologique a rendu leurs compétences obsolètes ces deux dernières années. Côté diplôme, ce sont surtout les moins formés qui voient leurs compétences dépassées le plus rapidement.

Métiers dépassés


Pour palier à ce problème, un consensus s'est formé dans l'ensemble de l'Europe. Pour faire face aux profondes mutations, les actifs doivent pouvoir accéder à une formation tout au long de leur vie. Une vision parfaitement nouvelle pour la France qui considère traditionnellement qu’à chaque âge de la vie correspond à une étape : on se forme jeune, on travaille à l'âge adulte et on se repose à la retraite. Mais pour certains secteurs d'activité, le numérique a été un tel bouleversement que ce ne sont plus les compétences qui sont dépassées mais bien les métiers. En effet, qui dit augmentation de la productivité dit aussi automatisation des tâches les plus répétitives. Alors que les emplois moyennement qualifiés se transforment au profit de travaux plus intellectuels, les emplois faiblement qualifiés sont peu à peu remplacés par des outils numériques plus économiques et plus performants. Le phénomène – bien connu puisqu'il fait écho à ce qui s'est passé au cours des précédentes révolutions industrielles – touche tous les métiers comportant des tâches répétitives. L'un des exemples les plus emblématiques concerne Kodak, inventeur du premier appareil photo, entreprise atteignant jusqu’à 140 000 personnes, qui, à présent, n'est plus que l'ombre d'elle-même. À titre de comparaison, des entreprises comme Instagram emploient à peine une quinzaine de personnes.

Pénurie de compétences numériques


Si l'ensemble des métiers subit une évolution rapide, le secteur du numérique ne fait pas exception. À la pointe de l'innovation, les métiers y changent encore plus vite et ce secteur essuierait une véritable pénurie de compétences. En effet, depuis 2010 le nombre de travailleurs très qualifiés ne suffit plus à combler les manques et nuirait aux activités françaises et européennes. On estime d’ailleurs que d'ici 2015, près d'un million d'emplois seront laissés vacants faute de candidats. À l'inverse, certains métiers hyper qualifiés du secteur numérique arrivent plus rapidement à maturité et perdent rapidement leur valeur à cause d'un certain dumping social. C'est par exemple le cas du métier d'analyste des données, vu un peu partout comme un travail novateur mais dont les spécialistes, rémunérés avec des salaires à six chiffres, sont à présent concurrencés par des personnes faisant le même travail pour 30 dollars de l’heure en Asie ou en Inde, pays où les nouvelles compétences sont très rapidement intégrées.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Steven Steven23
Steven Steven23 23/05/2016 08:37:48

I'm quite surprised to find this forum thread! Just wanted to thank you for this write-up! You can always read more interesting articles on this topic, for instance, you can read http://bigessaywriter.com/blog/affect-of-technologies-on-our-environment and many other!

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF