Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 16/04/2013

Le web 2.0, nouvel eldorado de l'emploi ?

Si le réseau amical, en ligne ou hors ligne, permet de rester à l’affût des opportunités d'emploi, le « réseautage professionnel » en ligne est un secteur en pleine effervescence...

D’autant plus que Facebook vient de se lancer sur le créneau : le 14 novembre 2012, après deux ans d’attente, le célèbre réseau social débarquait avec son propre service emplois, Social Jobs Partnership. Lancé en collaboration avec les principaux acteurs institutionnels américains de l’emploi, ce service est capable d’agréger l’ensemble des offres déjà publiées sur Facebook. Une véritable force de frappe immédiate de plus d’un milliard de membres. Cinq mois après son lancement, Social Jobs Partnership totalise déjà plus de deux millions et demi d’annonces d’emploi, concernant pour l’instant exclusivement les Etats-Unis.

Linkedin et Viadeo

De l’autre côté de l’Atlantique, on n’a pas attendu l'arrivée de Facebook. Linkedin et Viadeo, les deux poids lourds du secteur, permettent d’accéder au marché « caché » de l’emploi (toutes ces opportunités qui n’apparaitront jamais nulle part) tout en faisant évoluer leur plateforme et en gagnant des parts de marché : Linkedin compte plus de 200 millions d'utilisateurs dans le monde et Viadeo plus de 45 millions. À côté de ceux-ci et des sites d’emplois comme Monster, Cadremploi ou l’Apec en France, la toile a vu apparaître une foule de nouveaux services de « recrutement 2.0 » aux spécificités très différentes.

Hyperspécialisation

Ainsi, certains réseaux sociaux sont hyperspécialisés sur un secteur d’activité, à l’image de Digikaa.com pour l’univers du digital ou de SanteConnect pour les métiers de la santé. D’autres visent un public particulier comme les étudiants avec Yupeek.com et Wizbii.com, ou bien une région comme Alsace.biz ou Auwwwergne.com. Certains proposent des challenges en ligne pour décrocher un entretien (Uponjob), ou un service de cooptation en ligne rémunérée, dont le principe consiste à se faire payer pour ouvrir son carnet d’adresses (Myjobcompany). Enfin, d’autres comme Jobaroundme par exemple, proposent des applications géo-localisées sur smartphone. Signe des temps, depuis 2011, un événement est entièrement consacré à ces nouveaux services : la Conférence du recrutement mobile et social (www.rmsconf.com).

Les entreprises aussi…

En parallèle, on assiste aussi à la montée en puissance des entreprises. Avec la crise et un resserrement des budgets, celles-ci ont dû revoir à la baisse leur politique de recrutement. Dans des secteurs comme l’informatique, les réseaux sociaux ont donc pu apparaître comme un bon moyen de dénicher la perle rare en limitant les intermédiaires et par conséquent les coûts, et certains DRH ont pu recourir aux onglets « Emploi » de Work4 Labs sur leur page Facebook. Mais le web social est une aubaine surtout pour le salarié-Internaute. En passant un peu de temps à « travailler » son réseau de connaissances en ligne et hors ligne, il peut améliorer sa visibilité auprès des recruteurs et augmenter ainsi ses chances de trouver ou retrouver un emploi.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Bernard Martinez
Bernard Martinez 07/06/2013 12:51:49

Bonjour,

Le web2.0 place les entreprises et les candidats sur un pied d'égalité en termes de recherche d'information et de prises de contacts.
Je constate qu'au delà de l'utilisation du web, c'est toute la démarche réseau qui est à apprivoiser en France. Utiliser Viadeo ou Linkedin comme un site d'offre d'emploi n'aura aucun effet.
Nous assistons à des modifications sociétales et comportementales majeures, découvrons-les, apprenons à les utiliser plutôt que d'en avoir peur (blog emploi 2.0).
Cordialement,
Bernard Martinez


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF