Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 16/04/2013

Rencontres : du clavier à la vraie vie

L’avènement du web a fait émerger un nouveau phénomène : les rencontres réelles, ou « rencontres IRL » pour In Real Life Life (les geeks disent aussi AFK pour Away from the keyboard).

À la différence d’amis ayant planifié une rencontre via les réseaux sociaux, les rencontres IRL réunissent des personnes croisées uniquement sur le web. En fonction du média utilisé et du but affiché de la rencontre, les IRL peuvent prendre trois formes différentes qui, chacune à leur manière, vont créer ou concrétiser un nouveau lien social.

La rencontre économique

La « rencontre économique » est liée à la nouvelle offre générée par la toile, comme la vente directe ou l’échange de service, comme par exemple le couchsurfing. Si la vente d’objets demande souvent un face-à-face (pour les produits volumineux par exemple), ces rencontres ne génèrent que très rarement un vrai lien social, à la différence de l’échange de services. Ainsi, sur le site Couchsurfing, les Internautes peuvent inviter temporairement des inconnus en voyage à venir dormir sur leur canapé. La rencontre reste « économique » car, même si elle est non marchande, elle implique une réciprocité de la part de l'invité envers l’hôte. Cependant, cette rencontre est plus qu’un moyen d’hébergement gratuit. Il s’agit d’une nouvelle façon de voyager qui favorise les échanges entre résidents de divers pays et crée du lien social.

Rencontrer un avatar…

Le second type de rencontres IRL s’articule autour d’une passion ou d’un projet commun. L’exemple le plus représentatif est celui des rencontres de guildes de joueurs en ligne. Organisées à l’occasion d’un événement lié au jeu, elles permettent aux joueurs de partager un repas ou une fête et de voir « en vrai » les individus cachés sous leur avatar. Cette rencontre permet aux Internautes de confronter les identités réelles aux identités numériques et de poursuivre une socialisation qui a démarré dans le jeu.

Certaines rencontres IRL sont aussi l’occasion de poursuivre un travail commencé en ligne. C’est notamment le cas des utilisateurs d’Open Street Map, une carte du monde semblable à GoogleMap, mais entièrement remplie par les Internautes. Les rencontres deviennent alors des « cartoparties » au cours desquelles les individus enregistrent leurs déplacements via un GPS et notent les points d’intérêt croisés sur leur chemin afin de mettre leur carte à jour. Loin d’être limitées aux seuls utilisateurs réguliers, les cartoparties se veulent participatives et font intervenir les habitants de quartier ou des élèves de collèges et de lycées. Preuve que les IRL peuvent générer un lien social, au-delà du web.

La rencontre amicale ou amoureuse

La rencontre amicale ou amoureuse – dont le centre de gravité sont les sites comme Meetic – peut, selon la sociologue Catherine Lejealle, prendre trois formes distinctes : la rencontre purement sexuelle, qui, après deux ou trois échanges de mail, a lieu dans un lieu neutre, un café, en fin d’après-midi ; le second type de rencontre est appelée « convalescente » dans la mesure où les deux protagonistes, craignant de souffrir en s’engageant dans une nouvelle relation amoureuse, procèdent à une longue « approche numérique » privilégiant les échanges écrits. Le troisième type de rencontre fait suite à une relation en ligne que l’on pourrait qualifier de « papillonnage », au cours de laquelle les Internautes se sont peu à peu dévoilé. La rencontre physique, qui se déroule alors le week-end autour d’une activité servant de prétexte, s’apparente à un test permettant de vérifier une éventuelle compatibilité.

Si le terme IRL demeure dans le vocabulaire des Internautes, l’idée de séparer vie réelle et vie numérique n’a plus beaucoup de sens dans la mesure où l’on peut se connecter n’importe où et à n’importe quel service web depuis sont smartphone. Certains Internautes, notamment les hackers, préfèrent alors utiliser le terme de « rencontre AFK » pour Away From Keyboard expression que l’on pourrait traduire par « éloigné du clavier ».


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Rémi Prunier
Rémi Prunier 26/07/2013 15:54:57

Sans oublier les rencontres IRL beaucoup plus spontanées et en quasi temps réel :
> Premier exemple, le site MeetUp, qui référence un nombre impressionnant de communautés autogénérées et donc l’unique but est de rencontrer une communauté d’intérêt IRL à fréquence régulière (public anglophone à Paris, Photographes, Community Manager…) Dans le cas le numérique n’est qu’un simple portail vers l’IRL, au-delà de la rencontre amoureuse /amicale et sans enjeu économique.
> Second exemple, les LiveTweet (flow de tweets fédérés par un mot-dièse (Hashtag) donné pour un évènement) qui permettent d’entrer en contacter très facilement avec les autres participants, de fixer un lieu de RDV, de rester en contact après la manifestation…
En bonus, notons qu’il existe désormais plusieurs outils online accessible par smartphone qui permettent aux participants d’une manifestation donnée d’identifier à priori, voire de programmer de manière simple des rencontres IRL avec des connaissances ou avec de parfaits inconnus…

Je suis dispo pour en discuter avec vous sur twitter (@RemiPrunier) .... ou autour d'un café, IRL !

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF