Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 18/02/2014

De l'intégration sociale à l'inclusion numérique

Chez les migrants en situation précaire, « la question de l'équipement numérique devient plus ciblée mais elle n'a pas disparu » souligne le rapport du Conseil National du Numérique (CNN) remis en novembre 2013 à la ministre déléguée chargée de l'économie numérique, Fleur Pellerin.

Souvent invisibles, les migrants en situation précaire n'ont cette fois-ci pas été oubliés des recommandations. Soulignant que le numérique est essentiel aux populations migrantes – notamment dans la préservation des liens sociaux et familiaux et pour l'insertion économique – le rapport fait de ces publics le premier cercle d'action. En effet, le volet « inclusion sociale » n'était jusqu’alors qu’effleuré par les textes pourtant aussi récents qu'importants tel que le Programme numérique de Vincent Peillon ; ce qui rendait les politiques menées à la fois excluantes et incapables de fédérer les initiatives de terrain pourtant nombreuses. La critique, émise par les contributeurs conviés au débat préalable organisé par le CNN, a donc visiblement été entendue.

Fracture numérique et inclusion


En effet, bien que la démocratisation des technologies numérique permette aujourd'hui à la plupart des migrants, même sans-papiers, de posséder un téléphone portable, l'accès au numérique n'est pas garanti. Le frein le plus important demeure le « coût de connexion » qui représente en moyenne entre 10% et 30% du budget d'une personne en situation précaire contre 4% pour le budget des Français. Quoiqu'équipés du portable, les migrants pauvres ont rarement les unités ou le forfait qui leur permettraient réellement de sortir de leur exclusion et de trouver plus facilement un travail. Quant à l'équipement Internet, il est quasiment nul pour les personnes les plus précaires alors même qu'il ouvre à une multitude de services gratuits et facilite l'accès aux services administratifs qui deviennent de plus en plus des « e-administrations ».

Insistant sur l'impératif de faire de l'accès à Internet un droit effectif, le CNN formule deux recommandations : développer les tarifs sociaux ciblés en direction des publics en difficulté et former aux usages du numérique les personnes exclues qui en font la demande. Car quand bien même les migrants ont accès aux outils, rien n'indique qu'ils possèdent les ressources et les connaissances nécessaires pour en exploiter le potentiel d'insertion – notamment en ce qui concerne les migrants plus âgés pour qui la fracture numérique est autant économique que générationnelle.

Expériences de terrain


Mais aussi justes qu'elles soient, les recommandations listées par le CNN ne font que formuler ce que dont déjà les associations. Sur le terrain depuis trois ans, le projet de téléphonie solidaire mené par l'association Emmaüs Défi a prouvé que la baisse des coûts liés au numérique et un accompagnement à l'usage améliore l'insertion professionnelle et l'action des intervenants sociaux, recrée du lien social et permet parfois de reprendre le paiement d'un loyer ou le remboursement d'un micro-crédit. À observer le profil des inscrits, on constate que les migrants précaires semblent être les principaux bénéficiaires du projet : 77% sont nés à l'étranger, 82% n'ont pas de téléphone fixe et 57% appellent en Afrique du Nord.

Le principe de cette téléphonie solidaire est simple : en vendant à un tarif préférentiel les cartes prépayées ou les clés 3G qui lui sont données gratuitement par ses partenaires privés, l'association peut dégager les recettes nécessaires pour financer l'accompagnement des personnes afin qu'elles deviennent autonomes dans leur usage des technologies et participent ainsi à leur insertion. Complété par des initiatives telle que le « coffre-fort numérique solidaire » proposé par l'association Reconnect aux publics précaires afin qu'ils puissent bénéficier d'un espace de stockage sécurisé pour leurs documents administratifs, le programme d'Emmaüs pourrait suffire pour mener une véritable politique d'inclusion numérique sociale ciblée et efficace qui améliore non seulement l'accès mais également les conditions d'accès.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF