Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 18/02/2014

Quels sont les usages des TIC par les migrants ?

Les migrants sont profondément liés aux technologies : hier vecteurs des innovations technologiques entre les pays – un rôle que remplit aujourd'hui Internet – ils sont à présent des usagers très particuliers des TIC.

Conscients des avantages que procure ne serait-ce qu'un téléphone portable, les migrants n'ont pas attendu la démocratisation des équipements mobiles ni les politiques d'inclusion numérique à leur égard (toutes récentes) pour en profiter. Portable décodé partagé à plusieurs, chasse aux zones de communication gratuite, tout est bon pour téléphoner un peu plus longtemps à la famille, restée au pays. Mais leur usage des TIC va bien plus loin que la simple fonction communicationnelle.

En réalité, grâce aux nouveaux outils « connectés », les populations migrantes élaborent des stratégies inédites qui leur permettent autant de garder un lien avec leur pays d'origine que de s'intégrer dans le pays d'accueil. Véritable solution aux situations des plus précaires, le téléphone portable est à la fois un outil de travail, un outil de création d'activité et un outil de lutte. Lorsqu'un accès à Internet est possible, nombre de migrants participent à des sites web qui deviennent autant de lieux virtuels pour échanger des informations et des bons tuyaux mais plus encore, pour créer du lien et maintenir une identité collective. Un usage d'autant plus visible que les traces laissées par leur activité numérique peuvent être collectées et analysées par les chercheurs.

Ainsi l'étude de la façon dont les migrants utilisent les nouveaux outils et les nouveaux services permet de se rendre compte de certains changements d'aspirations. Si les migrants apprécient cette proximité retrouvée avec leurs proches, ils élaborent également des stratégies d'évitement, plus individuelles, pour échapper à cette pression à la fois culturelle et économique grâce à de nouveaux services numériques comme le transfert d'argent par mobile. Appelés à être redéfinis au contact des populations migrantes, les nouveaux outils numériques s'intègrent donc dans les stratégies individuelles et collectives tissées par les migrants devenus des « e-stratèges ».


> Dans la poche du migrant, l'indispensable portable
Dans la main d'un migrant, le téléphone portable connaît des usages variés : outil de communication, de lutte et de travail ou encore banque mobile, c'est un véritable couteau suisse qui a pourtant certaines limites.

> Quand la connectivité devient étouffante
Retrouver de la proximité avec les TIC oui, mais sans être « étouffé ». C'est l'une des conclusions plutôt inattendue relevée par les chercheurs : entre stratégies de proximité et stratégies d'évitement se dessine le nouveau portrait d'un migrant autonome.

> La banque portable, l’outil du migrant autonome
Jusque-là interprétés comme l'expression d'un « contrat familial informel », les transferts d'argent effectués par les migrants changent avec les nouveaux services de virement via mobile. Preuve que les migrants sont désireux de tout ce qui peut leur apporter un peu plus d'indépendance.

> Les e-diasporas : exister en ligne
Quand les sites web investis par les migrants deviennent des « catalyseurs d'identité collective » et des lieux de débat pour ces nouveaux « netizens » actifs et mobilisés à la fois « ici et là-bas ».

> Ce que le web des migrants peut nous apprendre
Ces données numériques qui permettent de retracer les parcours migratoires et de visualiser les communautés diasporiques, virtuelles et mouvantes ; le renouveau d'un champ de recherche ?

> De l'intégration sociale à l'inclusion numérique
Et si l'intégration des migrants passait par l'équipement numérique ? C'est le principe de l'inclusion numérique, une solution qui fait son chemin dans le dernier rapport du Conseil National du Numérique et ses preuves via l’action d’associations.


Interviews vidéo

Interviews réalisés par Gentiane Weil à l'occasion des journées d'étude TIC - migrations, qui se sont déroulées à la Maison des Sciences de l'Homme à Paris, les 19 et 20 septembre 2013, sous la direction de Dana Diminescu, de Telecom Paris Tech, avec la participation d'Orange.

Roger Waldinger

Le migrant connecté - Roger Waldinger par digitalsocietyforum

Roger Waldinger décrit dans la vidéo les technologies utilisées par les migrants, selon la disponibilité des équipements, les usages, le niveau économique et culturel des migrants. Il s'intéresse en particulier aux usages des migrants de 2e génération.


Koen Leurs

Le migrant connecté - Koen Leurs par digitalsocietyforum

Koen Leurs s'intéresse à l'image que les jeunes hollandais d'origine marocaine donnent à voir d'eux-mêmes sur les réseaux sociaux, et les références qu'ils utilisent. Il met en évidence la particularité des échanges avec les autres jeunes, selon qu'ils sont hollandais ou marocains de 2e génération.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF