Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 25/06/2017

Les diasporas connectées, sujet important pour le Digital Society Forum

Ce mardi 27 juin à l’Institut du Monde Arabe et en direct sur la page Facebook du Digital Society Forum a lieu une rencontre animée par la journaliste-écrivain Audrey Pulvar autour d’une question forte : « le numérique rend-il cosmopolite ? ». La question des diasporas est fondamentale dans le parcours de réflexion mené par le Digital Society Forum depuis son lancement. Voici quelques extraits de ce questionnement ouvert.

L’une des premières questions posées par le site était en 2014, liée aux diasporas et aux migrants. Ceux qui sont traditionnellement attaché à l’attribut « Ni ici, ni là-bas » sont plongés dans une transformation historique et sociologique complexe. En effet, le « Ici et maintenant », l’axiome roi de la société de l’immédiateté, de l’accélération, du grand tout questionne de près tous les aspects de la vie du migrant.

Un sujet de questionnements permanents


Les questions sont nombreuses et ouvrent pour chacune d’elle une multitude de sujets : quelles leçons apprendre des migrants connectés ? Quels sont les usages des TIC par les migrants ? Quelles sont les traces numériques liées aux migrations ? L’accessibilité est-elle véritablement facteur d’autonomie pour les migrants ? Quelles sont les nouvelles pratiques pour garder le contact et développer de nouveaux liens avec le numérique ?

Tous ces questionnements sont abordés et développés dans le dossier autour des diasporas connectées.

En mai 2016, les diasporas étaient également l’un des thèmes de travail importants pour les équipes du Digital Society Forum. Plusieurs questions se sont posées : qu’est ce qu’une diaspora dans une société numérique ? Quels liens au-delà des frontières ? Et des affirmations se sont peu à peu ancrées dans les pages de ce site : diasporas africaines : il y a une vie après la révolution numérique, la possibilité de conserver la mémoire vive de l’attachement face à la distance...

Au fil des mois, plusieurs échanges ont eu lieu également autour cette thématique. Des entretiens en vidéo comme celui mené avec Roger Waldinger , avec Koen Leurs ou celui avec Inès Ebilitigué , mais aussi avec le sociologue Christophe Aguiton en marge des ateliers collaboratifs qui ont été menés sur le sujet.

« Mieux communiquer pour mieux vivre ensemble »


Des ateliers ont également eu lieu à Paris puis à Lorient sur la question des diasporas connectées. Leurs restitutions sont en ligne et permettent de braquer le projecteur sur des propositions liées à de nouveaux services qui pourraient être de nature à alléger les démarches pour les migrants. La problématique relativement méconnue de la dépendance au numérique avec ses risques corolaires de la déconnexion, de la double présence, de l’équipement mais aussi de la mésinterprétation a également émergé de ces ateliers collaboratifs. Retrouvez la restitution de ces ateliers.

« Il n'est plus indispensable pour un pays d'émigration de rapatrier les cerveaux envolés »

- Dana Diminescu lors de la table ronde organisée à Bamako en mars 2014. C’est à l’occasion du Forum consacré à la nouvelle figure du migrant connecté le 13 mars 2014, que les questions relatives aux nouveaux usages et des nouvelles barrières numériques ont été posées. Le compte-rendu est en ligne.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF