Digital Society Forum Digital Society Forum
Focus 15/12/2016

Troisième étude de l'observatoire BVA / Digital Society Forum : l’engagement à l’heure du numérique

Le Digital Society Forum et BVA publient les résultats de la troisième étude de l'Observatoire du numérique.
Après avoir questionné l'Emploi en février, l'Attention en septembre, voici aujourd’hui les résultats d’un sondage exclusif sur l’engagement à l'heure du numérique.



Les enseignements majeurs :



1/ Le numérique, vecteur d’engagement citoyen


Pour 27% des Français, les nouvelles formes de concertation et d’implication rendues possibles par le numérique sont une révolution.
22% des Français déclarent d’ailleurs que le numérique a changé leurs pratiques en termes d’engagement citoyen, car il leur permet d’être davantage impliqué dans la vie publique.
C’est le fait d’être déjà un minimum engagé dans la vie publique, indépendamment des outils offerts par le numérique, qui est déterminant. Toutefois, le numérique parvient à faire bouger les lignes chez les personnes qui s’intéressent peu ou pas du tout à la vie publique et politique : 10% d’entre elles déclarent que le numérique a changé leurs pratiques en termes d’engagement citoyen.

2/ Concrètement, comment les Français s’engagent-ils via le numérique ?


Près de la moitié des Français (49%) ont déjà signé ou diffusé une pétition en ligne (vs 38% qui ont déjà signé une pétition en format papier).
Près d’un Français sur 5 a déjà suivi le compte Facebook ou Twitter de sa commune, de son département ou de sa région (19%), ou a déjà participé à une consultation en ligne pour une institution publique (18%), des pratiques qui nécessitent un niveau d’engagement encore plus élevé.
A l’avenir, 45% souhaiteraient pouvoir voter en ligne à des référendums locaux pour porter de nouvelles expérimentations au sein de leur territoire, et 33% souhaiteraient avoir la possibilité d’interpeller directement le Parlement, via un dispositif de pétitions en ligne.

3/ Des freins qui subsistent toutefois à l’engagement citoyen via le numérique


Face à ces changements, l’immobilisme persistant des institutions françaises est le principal frein à l’utilisation des nouvelles formes de concertation et d’implication offertes par le numérique. En effet, près d’un tiers (32%) de ceux qui n’ont pas encore expérimenté ces pratiques numériques estiment que ces nouvelles formes d’engagement sont inutiles, car non prises en compte dans les décisions des pouvoirs publics.
De plus, la moitié des Français considèrent l’engagement citoyen via le numérique comme une illusion car le fonctionnement de la vie publique et politique reste selon eux inchangé.

Enquête BVA/Orange réalisée dans le cadre du Digital Society Forum, du 4 au 10 novembre 2016 sur un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas.

Retrouver l'ensemble des résultats de l'enquête


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF