Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 28/09/2016

Fenêtres sur les bulles algorithmiques

Dans le cadre de la Nantes Digital Week, Thierry Soulard mène une expérimentation autour du fonctionnement des algorithmes de recommandation. (Photo Nicolas Oppenot)
Thierry Soulard, membre du club de la Presse Nantes Atlantique propose, à Audencia SciencesCom, dans le cadre de la Nantes Digital Week, une exposition interactive et expérimentale intitulée « Fenêtre sur les mondes ». Objectif : prendre la mesure de l’effet concentrique des algorithmes qui plutôt que de nous ouvrir à la différence nous enferment dans notre monde et nos certitudes. Interview par Nicolas Oppenot.


Thierry Soulard par digitalsocietyforum

Thierry Soulard - « Fenêtre sur les mondes » a pour objectif d’étudier le fonctionnement des algorithmes de recommandation. Ça fait peur dit comme ça mais c’est très simple ! Et totalement dans l’air du temps. Enormément d’articles parlent de cela depuis début septembre.

L’idée est de voir, sur les réseaux sociaux (facebook, twitter, google, google actualité, amazon … tous ces outils qu’on utilise au quotidien sans trop y penser), comment marche l’algorithme qui va faire des suggestions. Par exemple, sur Amazon, ça va être : vous avez acheté tel livre, voici d’autres livres qui pourraient vous intéresser. Sur facebook, ce sera : vous avez aimé telle page, voici d’autres pages qui parlent du même sujet et qui peuvent vous intéresser.

L’idée est de voir si des bulles algorithmiques peuvent se former.



C’est à dire des bulles d’idées qui vont enfermer des gens dans une vision du monde biaisée où ils ne vont plus avoir accès qu’à un seul type d’information. Ils vont avoir une illusion d’un monde où tout le monde est d’accord avec eux alors qu’en fait leur opinion est très minoritaire.




Pour rendre cela palpable, nous avons mis 10 ordinateurs dans une pièce. J’ai créé sur ces ordinateurs des faux profils avec de faux personnages, définis en fonction d’un sexe, d’un âge, d’une localisation. Et j’ai entré ensuite une petite série de mots clefs (1 à 5) qui permettent de définir des centres d’intérêt à ces personnages. Par exemple on a un monsieur de 80 ans qui est passionné par Les Républicains. Les mots clefs étaient « Nicolas Sarkozy », « Jean-François Coppé », « Alain Juppé ». On a une jeune fille musulmane avec comme mots clefs « Islam » et « musulman ». La jeune fille catholique, elle, a commencé par liker la page du Pape François et la page Catholique.

Une fois que cela était fait, on a enlevé les claviers ! Du coup, les gens qui viennent visiter l’exposition peuvent utiliser les ordinateurs mais ils sont piégés par l’algorithme.



Ils ne peuvent pas rentrer une nouvelle information et ne peuvent que suivre les suggestions faites par l’algorithme. L’idée est de voir comment, sur une semaine d’exposition, les profils vont évoluer en partant de quelques mots clefs très basiques et caricaturaux jusqu’à des profils plus complets au bout d’une semaine qui aimeront 40,60, 100 pages ou groupes de personnalités.

Vont-ils s’enfermer dans une bulle algorithmique qui les rendra complètement mono-maniaques sur certains sujets ? Ou vont-ils arriver sur d’autres thématiques et pourquoi ? L’idée est de voir ainsi comment fonctionnent ces algorithmes de recommandation.

Nicolas Oppenot > On questionne la place de l’accident, dans nos vies, finalement ?

On questionne la possibilité de l’accident déjà. Parce que pour qu’il y ait accident, il faut qu’il y ait quelque chose d’imprévu. Or la problématique qui peut se poser avec ces algorithmes de recommandation c’est qu’il n’y a plus d’imprévu, il y a seulement des personnalisations totales qui vont faire qu’en fonction de toutes les données qu’elles ont sur vous, les sociétés de service sur internet (facebook, amazon, …) vont proposer une version du web qui va être totalement personnalisée. Si vous faites une recherche sur internet vous n’aurez pas les mêmes résultats que moi, parce que nos ordinateurs sont bardés de cookies et d’informations sur nous qui vont faire que les résultats des recherches vont être personnalisés en fonction de ce que le logiciel sait déjà de nous.

On pourrait imaginer, dans la personnalisation, d’ajoindre une variable de « sérendipité ». De demander à l’algorithme de nous emmener dans des chemins de traverse de temps en temps.

C’est déjà ce qu’il se passe. Je ne suis pas spécialiste des algorithmes ni chercheur en science de l’information et de la communication, mais ce que l’on peut voir c’est qu’il y a une part de variable. Dans l’algorithme de facebook, il y a une petite part mais qui va être très minoritaire par rapport à tous les autres ingrédients qui entrent en compte dans la recette de l’algorithme qui sont votre âge, votre sexe, l’endroit où vous habitez, vos amis, ce que vos amis publient, ce sur quoi vous avez déjà cliqué, les vidéos que vous avez regardées, celles que vous avez vu passer sur votre newsfeed mais que vous n’avez pas pris la peine de regarder…

Même la publicité est ciblée !

Ça c’est la partie la plus visible et la plus simple à comprendre. Vous faites une recherche pour acheter un ordinateur. Ensuite, vous voyez arriver sur plusieurs sites des publicités qui vous proposent d’aller sur tel site acheter un ordinateur.
Derrière, ce qu’il faut comprendre c’est que facebook ne va pas se contenter de cela, il va également adapter le newsfeed, c’est à dire la partie principale de votre mur facebook, en fonction de vos goûts et de votre activité. Si vous avez 200 amis et que sur ces amis il y en a 50 avec lesquels vous interagissez très peu, vous ne likez jamais leurs contenus, vous ne suivez pas les liens qu’ils vous proposent, petit à petit, facebook va le comprendre. Il va éliminer ces amis de votre newsfeed. Vous serez toujours ami avec eux mais il vous montrera beaucoup moins ce qu’ils publient. Il va davantage privilégier les contenus produits par les gens dont vous êtes les plus proches, avec lesquels vous interagissez le plus de son point de vue.

Il y aura donc une personnalisation y compris au sein de vos amis, au sein de la petite bulle que constitue votre profil internet.




Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF