Digital Society Forum Digital Society Forum
Revue du net 23/06/2016

Nos empreintes digitalisées

Tous les acteurs du web cherchent à mieux connaître nos habitudes en ligne pour proposer des contenus et services encore plus adaptés à nos usages. Nos traces sur les réseaux se révèlent ainsi très précieuses, or nous ne prêtons pas toujours attention à ce que nous voulons bien dévoiler. En écho au dossier “Vie privée et données personnelles ”, voici quelques faits marquants sur le sujet.

Avec l’explosion de l’usage des appareils photo et vidéo, notre vie intime est livrée par gigaoctets aux plateformes sociales. Et parfois celles-ci nous la remet sous les yeux, sans qu’on n’ait rien demandé ! Bon souvenirs ? Moments de vie qu’on préférerait oublier ? Et pourquoi font-il cela en fait ? Eléments de réponse dans cet article d’Annabelle Laurent .




Analysées, nos traces sur les réseaux révèlent une facette de notre identité. De là à ce que ces éléments servent à un tiers à orienter son opinion lors d’une relation professionnelle ou commerciale, il n’y a qu’un pas. Une start-up britannique profite même de cet appétit pour le “bigdata portrait” et propose aux propriétaires d’évaluer ainsi de potentiels locataires. Face aux critiques, Steve Thornhill, cofondateur de Score Assured a pour principal argument : “Si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre”. Le même dont on fait usage sous les dictatures ...




Même sans aller sur les plateformes, un simple wifi allumé suffit à laisser filer des données exploitées par des tiers. Dans un supermarché, le marketing en raffole ! Cela permet de savoir combien de temps vous êtes restés à regarder la vitrine d’une enseigne. Couplé aux données sur vos actes d’achat, il est ainsi possible de vous solliciter à tout autre moment où votre smartphone sera à nouveau détecté ! Explications par Mathieu Cunche , maître de conférence à l’INSA de Lyon et membre du groupe Privatics de l’INRIA.



Configurer son ordinateur, bien utiliser les cookies, maîtriser les moteurs de recherche, échanger en toute lucidité sur internet : consultez les conseils de la CNIL !




Et pour dépasser le côté abstrait des données, et toucher du doigt ses impacts, rien de tel que le Design ! C’est le travail de Catherine Ramus (alias Albertine Meunier ) qui intervenait à Bordeaux en mars dernier dans le cadre du Forum d’Avignon à l’atelier “Notre avenir se dessine-t-il avec les données ?”
Les personnes sont surprises en regardant leur empreinte de mouvement qui n’est que la matérialisation tangible de leurs déplacements. Ce simple changement de regard fait qu’on ne considère plus cette donnée comme quelque chose de dangereux. La forme amène à penser le sujet complètement différemment.


Le design des données pour faciltier leur... par digitalsocietyforum

Et aussi, du côté des créateurs



Pour sensibiliser la communauté scientifique et politique au développement des robots tueurs , Alexandre Reben a conçu un robot qui décide de façon autonome s’il agresse un humain ou pas . Baptisé “First Law”, cette installation du californien à la fois scientifique et artiste fait référence à la première loi de la robotique d’Isaac Asimov : « un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger. » Une initiative marquante pour ne surtout pas oublier ce premier commandement !




Mikolaj Kaminski, développeur polonais, travaillait tranquillement sur un simulateur de pogos (“mosh pit” en anglais) quand une succession de bugs l’a détourné de son objectif premier. Ravi des transformations opérées sur ses personnages devenus cauchemardesques, il en a fait un jeu vidéo !





Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF