Digital Society Forum Digital Society Forum
Revue du net 27/05/2016

Empowerment : Partager le pouvoir à l’ère des réseaux sociaux

Mobilisation on et off line ! (crédits )
Tel est le thème de la 4ème édition du Forum Changer d’Ere qui se tiendra à la Cité des Sciences et de l’Industrie le 2 juin prochain. En amont des débats qui s’annoncent riches (demandez le programme ) et de l’atelier du DSF “De l’attention à l’action, pour une citoyenneté responsable auquel vous êtes conviés l’après-midi, nous vous proposerons quelques pistes de réflexion autour de cette thématique. A commencer par les sujets relevés cette semaine dans cette revue du net !




Benjamin des Gachons , directeur de Change.org en France, lance un appel pour saisir une opportunité qui peut nous permettre de faire avancer la transformation numérique de la démocratie. A la fin de l’année, la France présidera le sommet du “Partenariat pour un Gouvernement Ouvert ”. Cette organisation internationale, lancée en 2011 et composée de 70 pays, vise à valoriser les bonnes pratiques en matière d'ouverture de l'action publique, de transparence et de participation des citoyens. L’occasion pour l’ensemble des acteurs parties prenantes de la participation citoyenne de partager leurs initiatives.
> La Social Good Week , semaine du web social et solidaire, portée par HelloAsso, devrait également se dérouler en lien avec ce sommet.




Si les intentions d’ouverture sont affichées par le gouvernement, les résistances sont encore fortes du côté des politiques. D’après Benoît Thieulin , c’est le manque de pratique qui en est la cause : “de nombreux Français savent désormais qu’ils peuvent vendre des choses sur Le Bon Coin ou y trouver du travail, arrondir leurs fins de mois en louant leur chambre, trouver un mode de déplacement pas cher et immédiat... On a donc les bases. On a maintenant besoin de pédagogie. Peu d’hommes politiques, déclaré ou non [à la présidentielle], comprennent les enjeux et dépassent l’effet de mode sur la transformation numérique.




Des initiatives gouvernementales émergent cependant pour acculturer nos élus : Axelle Lemaire s’y attelait mardi dernier à l’Assemblée Nationale en proposant une initiation aux “Civic Tech” , ces plateformes qui déploient des outils pour améliorer la démocratie participative : “Les élus doivent s’approprier ces outils, sinon des espaces de débats se créeront contre eux ou en parallèle d’eux.




Du côté des syndicats, la vague numérique n’est pas sans conséquences non plus en terme de représentativité. A l’heure où la mobilisation est à la portée de tous et que la communication s’horizontalise, comment ces institutions appréhendent-elles ces transformations ? Numerama a rencontré Damien Ramage , le syndicaliste 3.0 de la CGT pour qui “Le numérique est l’outil à la fois du je et du nous. Celui qui sait que son Twitter peut avoir un effet boule de neige d’appropriation de son discours, sait pertinemment que son je peut en quelques instants devenir un nous, combatif parfois, inventif ou rassembleur.




Et aussi cette semaine



La commission européenne publie un rapport sur l’état d’avancement numérique de la France qu’elle classe à la 16e position parmi les 28 États membres : « la France appartient à la catégorie des pays accusant un retard » avec la Bulgarie, Chypre, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne et la République slovaque. Retour sur les grandes lignes du rapport dans cet article du Blog du Modérateur .




Magenta , c’est le nom qui s’inscrit dans l’alphabet de Google pour nommer l’équipe de recherche dédié à la fibre artistique des machines. Comme il l’avait fait avec son programme d’intelligence artificielle Tensor Flow, Google mettra les résultats de ses recherches en open source, à commencer par la musique. Bientôt le tube qu’il vous faut, quand vous le désirez, produit instantanément ?
Pour l’instant, les programmes de peinture se contentent d’imiter des styles et de les combiner à partir de banques de données toujours plus vastes. On se rassure en se disant que ce n’est pas de l’imagination. Mais finalement, nos productions de l’esprit ne viennent-elles pas de l’accumulation des images que nous percevons chaque jour ? Pour Jean-Gabriel Ganascia , il n’y aurait donc pas d’obstacles à comparer la créativité d’une machine à celle d’un homme.



Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF