Digital Society Forum Digital Society Forum
Revue du net 29/04/2016

Le web au service des exilés

Après notre focus sur l’art numérique, nous nous intéressons cette semaine au rôle du numérique dans la vie des migrants, des réfugiés, des diasporas, dans la prolongation de notre dossier “Diasporas Connectées ”. Des histoires communes se tissent entre les populations, sur un même territoire ou à distance et les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes pour créer des liens, entretenir des conversations ou tout simplement faciliter des démarches administratives.

L’artiste Allan Giddy nous offre une belle transition entre l’art et la migration : en installant 3 “puits sonores ” en Turquie, en Nouvelle Zélande et en Australie, il fait revivre l’amitié historique entre ces pays et relie les communautés exilées avec leur pays d’origine. Son dispositif assure une liaison audio entre chacun des points et donne l’illusion d’une communication qui passerait par le centre de la terre. Ouvert aux passants, le symbole est fort pour rétablir la conversation entre les peuples !




En matière de tissage de liens, le service CALM (Comme A La Maison) initié par l’association SINGA est une initiative qui a fait ses preuves. Lancée lors de la forte médiatisation de la crise des réfugiés en juin 2015, elle a permis en 6 mois à 210 réfugiés de trouver un hébergement en France. 9000 personnes ont proposé leur service depuis l’ouverture de la plateforme et 300 exilés ont fait une demande. C’est dire le travail qu’il reste à faire pour permettre un meilleur accès aux outils numériques de mise en relation.




Et si devenir programmeur était un chemin vers l’intégration ? C’est le pari que fait Simplon en ouvrant une formation, baptisée Refugeeks , à 14 stagiaires réfugiés. Au delà de l’apprentissage du code et de l’acquisition d’une compétence valorisable sur le marché, les étudiants souhaitent faire partager leur expérience et leurs connaissances à d’autres pour permettre une meilleure maîtrise du web et de ses services. Une initiative lancée en partenariat avec SINGA, fidèle aux principes fondamentaux de l’école qui oeuvre pour un numérique inclusif, "convaincus que l'immersion dans notre écosystème est un vecteur d'intégration", comme l'explique Rym Roy-Krouri, chargée de promotion et d'insertion chez Simplon.




Pour les populations en exil l’accès au web en mobilité fait partie des besoins vitaux. Un téléphone portable permet, par exemple, de sauver des vies en indiquant sa position sur WhatsApp à un ami qui peut prévenir les secours en cas de naufrage, trouver de l’aide (Refugeemap ), retrouver ses proches perdus sur la route (Refunite ) ou encore donner accès aux enfants à des cours à distance pour maintenir un niveau de scolarisation (Sahabati ). Tour d’horizon par Julian Sancton et Guillaume Serries .




Et aussi cette semaine



Fascinés par le nombre de clichés qui sont pris par des touristes en visite sur un site, les artistes Emilie Brout et Maxime Marion se sont faufilés dans les rangs pour faire en sorte d’apparaître sur les photos. Grâce aux données de localisation, ils parviennent ensuite à retrouver ces images sur les réseaux sociaux ! Ils les collectionnent sur un Tumblr baptisé “Ghost of your Souvenir ” qui nous interroge ironiquement sur les traces numériques que nous laissons sur la toile : “Bien qu’apparaissant au second plan, nos corps deviennent le sujet principal de ces photographies. Ils incarnent littéralement le lien entre ces traces disséminées dans les bases de données du monde entier, et nous poussent à porter un autre regard sur ces images a priori banales.




Lancé en 2003, Second Life a connu un succès fulgurant. Même les marques et les politiques étaient présents. Et en 2010, le phénomène s’essouffle. 13 ans après, qu’en reste t’il ? Des ruines et des toiles d’araignée ? Pas vraiment. 900.000 personnes s’y connectent chaque mois. Mais pour y faire quoi ? Carnet de voyage virtuel par Morgane Tual encore toute ébouriffée par son épopée !



Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF