Digital Society Forum Digital Society Forum
Et si... ? 28/01/2015

Et si Internet ne devait surtout pas devenir invisible ?

Qu’est-ce donc que Waves (2012) de l’artiste Daniel Palacios ? A priori, juste une corde entre deux moteurs. Sauf que cette corde suscite des ondes, comme celles qui nous entourent et que jamais nous ne voyons, Wi-Fi par exemple. Et si les vagues sonores semblent littéralement fuser en mode TGV, notre vision perçoit les ondes mécaniques au ralenti, comme via un stroboscope.
« Internet est voué à disparaître. » Non, il ne s’agit pas de la dernière blague de Stéphane Guillon ou de Nicolas Bedos, mais de la phrase prononcée par Eric Schmidt, Président exécutif de Google qui pourtant se prend très au sérieux, face aux puissants de ce monde à la tribune du Forum économique mondial de Davos.

Le plénipotentiaire et grand manitou diplomatique du géant californien aurait-il vu dans sa boule de cristal quelque attentat terroriste à venir contre ses fermes de serveurs ainsi que celles des Amazon et autres Facebook qui grillent une énergie dantesque pour les usages de nous autres, simples internautes ? Rassurez-vous. Ce que voulait dire notre nouvelle Madame Irma de la Toile, c’est juste qu’il « y aura tellement d’adresses IP, tellement d’appareils connectés, de capteurs et d’objets avec lesquels vous interagirez que vous ne vous rendrez même plus compte de la “présence” d’Internet. »

Plus omniprésent que jamais, Internet deviendrait donc invisible. Mais à supposer que cette prédiction se confirme, serait-ce une si bonne nouvelle ? Schmidt s’en pourlèche déjà les babines (virtuelles), et pour cause : dans son rêve de business, Google serait plus que jamais partout, du biberon de bébé à la cravate du patron, mais comme si de rien n’était, pour mieux nous servir et recueillir ainsi ses somptueuses récoltes publicitaires sans un bruit, et dans l’opacité absolue. Autrement dit : grâce au Dieu Google, nous serions heureux, en sécurité et dans un confort royal, mais totalement inconscients.

Et la possibilité de savoir qui s’occupe réellement de nos connexions, qui investit dans nos infrastructures et veille sur nos données personnelles ? Et le contrôle des positions dominantes qui ne disent pas leur nom ? Et l’obligation de surveiller la folie énergétique des fermes de serveurs qui sont loin de naviguer dans les nuages tels des ballons magiques ? Et la capacité à dire non au traçage, au flicage ? Et la démocratie dans tout ça, Monsieur Schmidt, vous y avez pensé ?

L’abandon de la vente des Google Glass, en attendant la réinvention annoncée de l’objet, ne serait-il pas la preuve, à l’inverse de votre anticipation intéressée, de la nécessité d’agir dans la lumière plutôt que dans l’ombre ? Et de ne jamais photographier, filmer, enregistrer sans prévenir ?

J’en viendrais presque à regretter la musique stridente de mon bon vieux modem 14,4k de la préhistoire du réseau des réseaux, au milieu des années 1990.

Bien sûr, d’ici à ce que le Net laissé à lui-même devienne une Intelligence de première bourre à même de détruire l’humanité, comme le craignent dans une lettre ouverte sept cents têtes d’œuf parmi lesquelles Stephen Hawking, Elon Musk de Tesla ou encore Vernon Vinge, auteur de science-fiction et inventeur du concept de Singularité , bien des neurones s’agiteront dans les puces de nos objets connectés. L’enjeu n’en reste pas moins de l’ordre de la maîtrise, supposant l’extrême visibilité plutôt que l’invisibilité du tout Internet : préserver, mieux cultiver notre liberté de nous connecter et nous déconnecter, de brancher ou débrancher les antennes parlantes de notre quotidien en mode numérique, et donc in fine imposer les règles de politesse et – quand nécessaire – le silence à ce bel environnement promis par Google, pour notre bien cela va de soi.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

Les sources de cet article


S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF