Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 08/10/2014

La consommation collaborative

Co voiturage, échanges d'appartements, prêt d’objets entre particuliers : la consommation collaborative consiste à mettre en relation des individus qui échangent des biens dont ils sont propriétaires ou des services dont ils sont prestataires...

Ces nouvelles pratiques de consommation ont émergé en France au début des années 2010 et connaissent un essor accéléré grâce au numérique. Le Forum se donne pour objectif de mieux comprendre qui sont les acteurs intermédiaires de ces nouvelles pratiques, sur quelles pratiques sociales ces dernières s’appuient, en quoi elles bousculent des acteurs traditionnels et comment elles peuvent impacter la relation client.

Le 8 octobre 2014, le 6e Forum du Digital Society Forum a réuni une table ronde en présence de Stéphane Richard, président directeur général d'Orange et Christine Albanel, directrice exécutive d’Orange en charge de la RSE, des événements, des partenariats et de la solidarité. Les participants à cette Table ronde : Sophie Dubuisson Quellier, directrice de recherches au CNRS, professeur à Sciences Po, Anne-Sophie Novel, docteur en économie et journaliste 2.0, Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation Internet Nouvelle Génération et Valérie Peugeot, chercheur prospectivisteau sein du laboratoire SENSE d’Orange et vice-présidente du Conseil National du Numérique.



Les échanges se sont déroulés autour de 3 axes :

Pourquoi les individus s’engagent dans ces nouvelles pratiques sur quelles promesses? Quels profils utilisateurs ? Quelles motivations ? Quelles promesses de transformation des modes de consommation ?

La confiance, cœur de la conso du co La confiance est une clé de voûte de la consommation collaborative mais comment s’accorde-t-elle ? Quels dispositifs sont mis en place pour outiller cette confiance hors des marques ? Désintermédiation / réintermédiation, comment réagissent les entreprises traditionnelles ?

La conso du Co, quelles transformations à la clé ? Cette nouvelle relation à la consommation soulève de grandes questions d’ordre sociétal : quel impact sur l’emploi avec l’émergence de nouveaux métiers/travailleurs - amateurs ? La réutilisation et le partage des biens signifient ils une réduction de notre impact environnemental, un ralentissement des logiques d’hyper consommation ? Peut-on parler d’un changement du rapport à la possession ? Comment les pouvoirs publics peuvent/doivent-ils accompagner ces nouvelles pratiques ?

> Lire le dossier sur le thème : Consommation collaborative.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF