Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 20/02/2020

[Restitution] Atelier sur la santé à l'heure du numérique le 27 Janvier 2020 Le Mans

Le lundi 27 janvier, plusieurs sarthois ont rejoint les animateurs du Digital Society Forum dans un magnifique cadre offert par la CCI- Sarthe au pied de la Place de la République. Ces échanges ont permis d’analyser et de comprendre, à travers les débats, la complexité du basculement de notre système de santé dans le numérique.

Nadia Frontigny, Vice-présidente d’Orange Health Care, a permis de comprendre un peu mieux les enjeux de la modernisation de notre système de santé. Elle a ensuite rendu un témoignage sur Orange HealthCare et plus particulièrement sa création. Orange a créé cette structure dans l’idée de développer la télémédecine (c’était l’extension logique pour Orange déjà présent dans les télécommunications médicales). Mais les clients n’étaient pas encore prêt pour faire ce pas dans la santé. Aujourd’hui, notre système est de nouveau confronté à cette question.

« Notre système de santé est à réformer, il a été construit en 1945 à une époque où les maladies n’étaient qu’infectieuse. On allait à l’hôpital pour être soignée pas guéri ! » Nadia Frontigny


Après ce premier cadrage, les participants ont eu l’occasion de s’exprimer à travers « l’identification des changements provoqués par le numérique ». Les réactions des participants se concentré avant tout sur la problématique de l’explosion quantitatives des informations : les datas, les études scientifiques, les données de santé des aliments, doctissimo… Finalement, il est clair qu’il y a un transfert de responsabilités pour les patients, notamment dans les déserts médiaux ruraux.


C’est sur ces propos que Jean-Carles Grelier, Député de la Sarthe, a réagi. Pour lui, les écrans ne suffiront pas à endiguer la problématique des déserts médiaux, même au travers des innovations en télémédecine. Il est allé jusqu’à interroger les participants en leur demandant si le numérique serait vraiment synonyme de progrès en isolant encore plus les populations rurales. Prenant le cas des sites comme Doctissimo, il affirme que le numérique interroge aussi sur la relation entre un patient et un praticien. En regardant l’évolution dans le temps, cette relation a profondément changé. Il y a 30 ans, le docteur faisait une anamnèse et puis il vous analysait et faisait enfin un diagnostic. Désormais, les patients arrivent chez le médecin avec un certain niveau de certitude grâce à Doctissimo. Le médecin passe son temps à désamorcer les fausses idées du patient. C’est ce qu’on appelle la décrédibilisation de la parole du scientifique.


« Aujourd’hui à l’international une donnée de santé vaut plus qu’une donnée bancaire. Vos données se baladent partout. Google est plus au courant de votre état de santé que votre médecin. » Jean Carles Grelier


Une loi a été promulgué le 24 juillet 2019, qui s’appelle Transformation du Système de Santé. Avec la création du Health Data Hub, un groupe d’acteurs pour gérer l’accès à nos données de santé. C’est ce qui permet à un laboratoire ou à un assureur d’avoir une quantité de données de santé. La solidarité est le premier principe de notre système de santé depuis 1945. Si demain, on accepte que les assureurs prennent plus de place dans notre système de santé, il faut qu’accepter qu’ils finissent par demander des contreparties. Plus vous aurez de risques plus la prime sera cher. Le Health Data Hub a créé une ineptie, un vide juridique. Pourrons avoir à vos données de santé tout ceux qui prouvent un « intérêt public en santé ». Hors la notion d’Intérêt public en santé n’est définit nulle part. Donc le HDH est potentiellement accessible à tous.

Les participants ont pu faire des propositions, parmi lesquels :




[Aux Ministères de la Recherche]
: Face à la multitude des acteurs de la santé qui existe, le Ministère de la Santé créé une certification plus fiable pour améliorer une démarche préventive. Certifié, classé les applications qui ont un réel intérêt pour notre santé.


[Laboratoires publics] : Transfert des connaissances des laboratoires de recherches qui travaille sur la santé. Cette communication d’informations doit devoir plus accessible pour tous.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF