Digital Society Forum Digital Society Forum
Focus 03/05/2019

Près de 3 Français sur 4 ont déjà été confrontés à des fake news

Comme l'indique cette gravure de 1894, réalisée par Fredrick Burr Opper , les fake news sont loin d'être un phénomène récent.
C’est ce qu’indique un récent sondage BVA réalisé pour la presse régionale, qui éclaire le comportement des Français en matière d’information et de confiance à l’ère de la généralisation des fake news.

La télévision et la presse régionale restent en tête des sources d’information et de confiance. Internet arrive en deuxième position et prédomine chez les plus jeunes et les cadres, ce qui peut indiquer l'existence d'une différence sociale et générationnelle dans les modes d'information.
Les fake news apparaissent comme un phénomène identifié, courant et dont la gravité est bien perçue. Les moins de 35 ans sont plus affectés que la moyenne. Mais le recours au fact-checking est faible et les solutions pour lutter contre assez peu claires.

La télé et la presse régionale toujours centraux dans l’information


Le sondage relativise l’importance d’Internet, qui reste derrière la télévision comme source d’information, et derrière les proches et les médias traditionnels en tant que source fiable.

80 % des Français déclarent passer d’abord par la télévision pour s’informer sur l’actualité —particulièrement les plus de 50 ans et les personnes les moins diplômées. Internet arrive en seconde position dans la population générale.
Le sondage pointe vers une différence générationnelle et sociale dans les modes d’informations : la télévision est la première source d’information sur l’actualité chez les plus de 50 ans et les personnes les moins diplômées, tandis que c’est Internet chez les 18-24 ans et les cadres.
En ce qui concerne la fiabilité des sources, plus de trois quart des Français font d’abord confiance à leur entourage, puis aux médias traditionnels. La confiance accordée aux acteurs nés du Web est relativement faible : seuls un tiers des sondés (32%) indiquent faire confiance aux influenceurs, et 12% aux réseaux sociaux.
Les personnalités politiques n’inspirent pas confiance comme relais d’information.

Par contre, la presse régionale reste une source privilégiée : presque 9 interviewés sur 10 disent lui faire confiance. C’est particulièrement le cas chez les plus âgés (plus de 65 ans) et les cadres.

Les fake news : un phénomène courant et quotidien, surtout chez les moins de 35 ans


Les fake news sont un phénomène répandu, dont la gravité est reconnue : près de 9 Français sur 10 estiment que leur diffusion est un problème important et trois quarts d'entre eux estiment en avoir déjà rencontrées.
Ils se disent aussi affectés par ces fake news : près d'un quart des sondés dit avoir été trompé par une fake news, et un quart reconnaît en avoir déjà partagé avec son entourage. Dans les deux cas, ces proportions sont plus élevées chez les moins de 35 ans, qui semblent plus vulnérables aux fake news.

Pourtant, les Français utilisent relativement peu les outils de fact-cheking (seuls environ un tiers des sondés déclarent y avoir recours). La majorité (78%) déclarent tenter de se prémunir contre les fake news en croisant les sources. Cette pratique domine chez les cadres, les personnes qui ont déjà été confrontées aux fake news et les hauts diplômés.

Parmi les solutions évoquées, la majorité des personnes interrogées estime que les citoyens devraient signaler les fake news, mais que c’est surtout aux professionnels de l’information qu’il incombe d’agir.


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF