Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 03/12/2018

Restitution de l'atelier « Vivre le handicap à l'heure du numérique » de Kerpape

L'illustrateur Kadran nous a accompagné au cœur du Centre mutualiste Kerpape pour croquer les échanges des personnes particulièrement concernées par la question du handicap


Avec la participation de Morgan Lavaux, Fondateur de la start-up CAPTIV, et Jean-Rémy Kervarrec, Membre de la commission « Action sociale et autonomie » du conseil départemental du Morbihan.


Changement nº1 :
Le numérique permet d’améliorer l’autonomie (domotique, mobilité, communication et maintien à domicile)



Propositions
[Au Ministère de la santé et aux acteurs privés]
Permettre de se représenter les différents types de handicaps pour sensibiliser le plus grand nombre au quotidien des personnes handicapées (via les nouvelles technologies comme la réalité virtuelle ou l’immersion 3D)

[À l’Éducation nationale]
Intégrer la sensibilisation au handicap de l’école jusqu’aux formations supérieures et continues

[À Orange]
Créer un « Wikipédia du handicap », ouvert à tous et à but informatif, qui recenserait toutes les informations autour des handicaps et ce qu’ils impliquent (obligations, soins, incidences sur les différents corps de métiers…).

Changement nº2 :
Le numérique facilite l’accès à l’information



Propositions
[Aux concepteurs de site internet]
Concevoir les sites de manière pédagogique et inclusive, avec des interfaces ergonomiques qui puissent être lisibles pour la majorité.
Faire participer les usagers concernés à la création des sites afin de permettre aux personnes handicapées d'aller jusqu'au bout d'une commande. Leur éviter par exemple d’obligatoirement appeler pour réserver une chambre d'hôtel accessible en fauteuil roulant

[Aux centres de soins]
Avancer vers des systèmes capables de communiquer entre eux (interopérabilité)

[À l’État, aux collectivités et aux écoles]
Informer, former et faire des mises en situation pour améliorer la communication « non-violente sur le sujet difficile du handicap ». Développer la connaissance du sujet pour provoquer naturellement de l’empathie.

Changement nº3 :
Le numérique peut provoquer des dérives, il nécessite de réinventer la société



Propositions
[À l’ État]
Créer une sorte de "super police" chargée de veiller à ce que le numérique n’incite pas certaines organisations à facturer des solution marquetées « handicap » à des prix excessifs

[Aux concepteurs et fabricants]
Rendre compatibles les différentes générations d’appareils (obsolescence programmée)

[À tous]
Respecter l’anonymisation des données pour éviter le « fichage » des personnes, particulièrement dans le cadre de la santé et du handicap

[Aux médecins et aux sites internet]
Porter une attention particulière à l'auto-diagnostic qui n'est pas forcément idéal ou adapté à toutes les situations (exemple de Doctissimo)

Changement nº4 :
Le numérique peut être un facteur d’exclusion



Propositions
[Centres médico-sociaux]
Mettre à disposition des équipements et un réseau adapté à tous les handicaps et inclure la question du numérique dans les projets immobiliers
Obtenir des équipements pour compenser le handicap (tablettes, adaptateurs de synthèse vocale, …)

[CLIC*, mairies et médiathèques]
Mettre en place des points d’informations, des ateliers et des accompagnements spécialisés sur le numérique
*Centres Locaux d’Information et de Coordination

Changement nº5 :
Le numérique peut complexifier les démarches administratives



Propositions
[Au conseil départemental]
Ne pas supprimer l’Humain au profit de la robotique et de l’intelligence artificielle (notamment dans les guichets de proximité)

[À l’ État]
Mettre en application les contenus de la loi numérique de 2016 et agir pour une société inclusive, c’est-à-dire concevoir dès le départ avec tous les handicaps (détails de la loi ici )
Donner et proposer des alternatives au numérique dans certains cas pour que chacun ait la capacité et les moyens d’agir en conscience. Laisser par exemples des guichets, services de préfectures ou autres ouverts. Revenir à des basiques de relations humaines.

Changement nº6 :
Le numérique facilite la vie quotidienne



Propositions
[Aux individus et à l’ État]
Développer la responsabilité vis-à-vis des données livrées (éducation au partage d’informations sur les réseaux sociaux, respect des données personnelles (RGPD), coresponsabilité des personnes et institutions…)

[À l’ État et aux collectivités]
Poser et construire un cadre éthique et le communiquer

[Aux législateurs]
Créer un statut d’accompagnant ou d’aidant au numérique (reconnaissance, formation, …)

Mais aussi...


Que ce soit dans le domaine des handicaps psychique ou physique, le numérique facilite le positionnement dans l’entreprise et les équipes
Le numérique favorise le lien social, notamment pour les personnes âgées
Le numérique accélère tout, il peut être subit
Pour les troubles psychiques et les dépressions, le numérique permet de rester vivant et présent au monde par l’échange et le soutien virtuel, cette force des liens faibles
Le numérique est un outil qui accentue les ruptures
Le numérique n’est plus une option. Il fait partie de nos vies et il faut pouvoir l’intégrer
L'apparition du numérique au XXIème siècle est l'équivalent de la révolution industrielle : l'arrivée d'Internet est comparable à celle de l'électricité dans les foyers dans les années 50


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF