Digital Society Forum Digital Society Forum
Rencontres 26/10/2018

Restitution de l'atelier « Vie privée et données personnelles » de Saint-Nazaire

Sécurité, sensibilisation, éthique... autant de sujets liés au numérique qui ont été débattus lors de notre atelier "Vie privée et données personnelles" le 8 octobre à Saint-Nazaire.


Avec la participation de Martin Arnout, Adjoint au Maire de Saint-Nazaire et Conseiller communautaire, et Philippe Fintoni, Directeur de l'espace collaboratif La Ruche Saint-Nazaire.


Changement nº1 : Peu de personnes sont réellement conscientes que leurs données sont collectées et utilisées



Propositions
[Aux écoles, médias et Pouvoirs publics locaux ]
Séparer la question informatique (les langages technologiques) de la question de la culture numérique

[À l’ Éducation nationale]
Proposer des cours de sensibilisation au numérique et à la culture numérique en abordant notamment la responsabilité, les données, la vie privée et la sécurité numérique au quotidien
Dispenser des cours de code et « d‘éthique de l’Internet » pour éduquer les plus jeunes à avoir un sens critique à tous les niveaux

[Aux Pouvoirs publics]
Créer un dispositif d'aide et d'information pour tous, en ciblant particulièrement les publics les moins à l'aise avec ces questions ou qui n'en ont pas les moyens matériels et/ou culturels. Par exemple, développer un échange intergénérationnel pour aider les personnes âgées
Réaliser une étude pour déterminer quelles sont les personnes n’ayant pas conscience de ces problématiques

Changement nº2 : Le numérique impose l'usage de certains services



Propositions
[À toutes les entreprises de service]
Ne pas imposer des outils de connexion comme Facebook ou Twitter mais établir un système d’authentification standardisé. Donner systématiquement une alternative à celle d’une connexion via un réseau social, en instaurant par exemple un mode de récupération par mail

[À W3C]
Proposer des standards et/ou solutions open-source afin de pouvoir choisir précisément ce que l'on veut ou pas partager comme information et à qui

[À l’État]
Mettre à disposition des services de substitution gratuits sous contrôle des pouvoirs publics

Changement nº3 : Le numérique crée une fracture entre les riches et les pauvres, qui pourront ou non investir dans la protection de leur vie privée



Propositions
[À l’Etat / Législateur]
Promouvoir la culture à travers des espaces dédiés (+ question de la contre-culture et de la mono culture à inciter ou à laisser émerger)
Consacrer un fond de 10 millions d'euros et laisser une liberté d’initiative pour que des alternatives en Open source soient proposées
Anticiper les doubles fractures numériques (exemple : pauvreté et vieillesse) et accompagner les personnes à travers des programmes d’échanges

Changement nº4 : Il est difficile d’empêcher la récolte de nos données



Propositions
[À l’Etat / Législateur]
Légiférer pour interdire aux sociétés de complexifier le parcours de l’utilisateur lorsqu’il ne souhaite pas être suivi par les cookies, ou lorsqu’il souhaite se désinscrire d‘une newsletter

[Aux syndicats et à la société civile]
Créer un contre-pouvoir via une mobilisation massive des internautes pour pouvoir représenter les utilisateurs face aux multinationales et influencer les décisions juridiques. Comme un « UFC que choisir ? » de Facebook

Mais aussi...


Numérique et écologie : le numérique ne peut-il pas aussi nous aider à cela ?
Le numérique envahit la vie privée de façon chronophage, il peut être un pollueur de temps
Le numérique complexifie volontairement le parcours utilisateur
Le numérique rapproche, crée de la connexion et du lien social, mais éloigne aussi (exemple des réseaux sociaux comme communautés)
Le numérique permet de nous manipuler (par le biais des données / boîte noire)
La proportion des personnes ayant conscience des problématiques vie privée / données personnelles est très faible !
Le numérique génère de nouvelles exigences : immédiateté, "ATAWAD"  (any time, anywhere, any device) , Disponibilité, Fiabilité
Plus j’ai de données, moins j’ai de liberté ?
Nous devons conserver notre curiosité et ouverture d’esprit parce que nous pouvons être victime de l’entonnoir numérique qui nous enferme dans ce que l’on connaît déjà


Les commentaires

Pour réagir à cet article, je me connecte Je m’inscris

Soyez le premier à réagir !

S’inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

DSF