Digital Society Forum Digital Society Forum
Dossier 16/04/2013

Web 2.0 relationships, in praise of online connections

We like to think that Facebook "friends" are not real friends. We don't know them very well, they're furtive, unreliable; these pixelated friends are friends in name only. By making "Friends" the cardinal variable of their services, online social networks have triggered a wave of protest and concern about the true meaning of friendship.

What does our social life look like in this age of online social networks? Do we now have more or fewer friends? Have digital technologies given people greater freedom and opportunities to get in contact with one another, or do they trap us in fragile, fleeting and uncertain relationships? These questions have been at the heart of an ongoing debate within social science research since the appearance of the public internet in 1995. The time has surely come to take stock of the findings of this research so we can lay to rest some of the persistent misunderstandings about our online social life.

Real life or virtual life?

The first misunderstanding is based on the idea that we have two separate lives, one real, the other virtual, and that our relationships in the first have nothing to do with those in the second. In fact, online friendships and "real life" friendships are closely interlinked. Online conversations are very often nothing more than an extension of discussions, banter and chit-chat already initiated with our family, friends or colleagues. As numerous surveys have revealed, rather than being a hindrance or a detraction, a strong online life is generally indicative of a strong social life. Offline friendships are generally reinforced through a whole range of different forms of communication—telephone, email, social networks—and the people who use the latter the most have a greater number of friends in "real life" than those who use them less.

A new form of sociability

The second misunderstanding relates to the idea that only strong social ties are important in our lives, and that weak ties are artificial and futile, if not downright dangerous. While our online friends are more or less the same as our offline friends, surveys show that our rare romantic and family ties—those that are deemed stronger—are not at the heart of our online conversations. The most private discussions are rarely made public, with individuals preferring to engage in interpersonal interactions by telephone, text message or email. Social networks are less a signal of the end of private life and more a theatre of new forms of expression, where the personal is subject to a carefully crafted mise-en-scène. The biggest transformative effect of online social networks on the organisation of individuals' social lives is not the daring contact with strangers, nor the intimate interactions with those we know better. It is between these two things, within our directory of "weak ties", those indispensable intermediaries of our social lives, that the new online form of sociability is to be found: lifelong friends and occasional friends, colleagues, business partners, friends of friends, old acquaintances, people who are useful or interesting, people who matter, or who used to matter, or who we would like to matter more.

A waste of time?

The final misunderstanding relates to the idea that the development of online networking has led to us wasting our time to no benefit. The web of social networks opens up an uninhibited space that is less restrictive than real life. Doubtless users sometimes waste time and energy there. But it is also true that through health-related discussion forums, the development of job hunting skills and participation in communities of interest, online relationships can also create new opportunities that, on occasion, spill out into individuals' social lives. On the internet, people store up contacts as reminders, opportunities and possibilities. They expose select aspects of their existence, share what interests or amuses them, seduce each other and offer advice, comment on and critique the world around them, try to make themselves stand out or work to ensure they are not forgotten. In their own playful, exhibitionist and curious way, social networks extend this sociability and closeness to the far reaches of the very "weakest" relationships, those which, being less secure and less accessible, evaporate forever in the offline world.
To a lesser extent than enthusiasts maintain, but to a greater extent than sceptics would have you believe, having an online social life widens our field of interpersonal relations. It reinforces stronger ties while opening doors to new opportunities. And through others, we can access information, knowledge and communities that will enrich our lives.


Comments

To react to this article, I log in I sign up

meunier michelle
meunier michelle 09/08/2018 07:22:26

Après l'apparition publique de certaine reseaux sociaux, je voyais une grande liberté d'expression. Tout le monde peut s'exprimer à sa façon. Il y a une grande difference si on revivait les 20 dernières années.

Marc Mendelman
Marc Mendelman 26/06/2017 07:18:01

Yes, I agree that there's no separate "real" life and "virtual" life. If you really want to delimitate them, you could say that the virtual one is part of the first...

Michel L
Michel L 08/03/2016 12:22:23

Facebook est le marchand d'amis dont parle le petit prince de St Exupery. Il introduit la notion d'apprivoiser et de créer des liens.
Si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera hors du terrier, comme une musique.

Bonne journée
Michel

Thibault Huguet
Thibault Huguet 18/09/2015 11:29:51

Bonjour,

Dans le cadre d'une thèse de doctorat de sociologie, je réalise une enquête sur les écrans numériques, et les pratiques qui y sont liées.
A cette fin, je me permet de diffuser le lien vers le questionnaire que j'ai élaboré, auquel vous pouvez répondre de manière anonyme.
Il faut en moyenne un quart d'heure pour en venir à bout.
Vous pouvez diffuser ce questionnaire massivement (en partageant le lien, à vos amis, collègues de travail, famille, etc.), tant que vous-même ou les personnes intéressées y répondent avec honnêteté.
Voilà le lien:
https://docs.google.com/forms/d/1T7Z5_1sSWKiNn3IfQcSzYLIlyOKQ3ZBvBjCTQIRqiU0/viewform

Merci d'avance,
Cordialement,

Thibault Huguet

Philippe Sarro
Philippe Sarro 12/02/2014 10:16:19

Désolé pour le spam, mais les adresses plus bas ne marchent pas. Voir plutôt
http://www.ies-france.eu/tv/407/blues-net-stiegler/

Philippe Sarro
Philippe Sarro 12/02/2014 10:08:06

On peut écouter Bernard Stiegler sur les vidéos ci-dessous

http://ies-france/tv/1206/stiegler/
http://www.ies-france.eu/tv/?p=360

Philippe Sarro
Philippe Sarro 12/02/2014 09:22:04

Pourquoi Facebook ? Alors que celui-ci organise la société en troupeau. D'ailleurs les jeunes l'abandonnent de plus en plus.

Le philosophe Bernard Stiegler (membre du conseil national du numérique) parle à propos de Facebook de " dispositifs de capture mimétiques.".
Voir l'article ci-dessous
http://reseaux.blog.lemonde.fr/2013/10/03/reinventer-rapport-temps-bernard-stiegler/

Stéphane Guédon
Stéphane Guédon 12/02/2014 09:08:29

Je ne peux résister à mettre mon grain de sel, si j'adhère à l'idée que l'amitié numérique existe et est un moyen d'élargir notre vision du monde par nos contact ... je pense qu'elle donne lieu à la création d'un troisième type de relation (ne voir aucune allusion à Simone de Beauvoir là dessous ... mais pourquoi la citer alors ?) car non pas basé sur les échanges physiques et oraux mais sur l'échange écrit. Souvant pauvre (surtout pour un informatitien comme moi), souvant limité, pas toujours partagé (en terme de signifiant) il abouti à l'interprétation. La limitation en nombre de mots ou caractère mène (par exemple les 140 car de twitter) , quant à elle, inévitablement, au raccourci voire à la caricature. Je rêve d'un réseau social basé sur la vidéo ... qui a dit que cela existait déjà ...

Rémi Prunier
Rémi Prunier 26/07/2013 15:38:44

Au-delà cette analyse sur la « forme » des liens numériques (fort / faible, vrai ami / contact,…), objet principal de cet article comme le précise l’introduction, l’une des formidables forces des réseaux sociaux est la possibilité offerte d’identifier puis de rentrer en contact de manière simple et direct avec des personnes partageant les mêmes centres d’intérêt (pro ou perso, rares ou très répandus…) que nous. Et les liens faibles issus de ces mises en relations peuvent alors, grâce à un fort potentiel fédérateur (car choisi), devenir des liens forts – 100% numériques ou non – parfois très proches de l’amitié tel qu’elle existe IRL dans des clubs, en cours, au travail…

Thierry Taboy
Thierry Taboy 04/07/2013 16:48:17

Les liens faibles, s'ils sont source d'opportunité "utilitaires", sont également sources d'ouverture à de nouveaux territoires et idées, de hasards heureux. Ou de rapprochement de personnes ayant un vécu similaire comme par exemple dans le cadre de problèmes de santé, sans parler de poursuivre des conversations même distantes avec des personnes qu'auparavant on oubliait. Le capital social est l'un des éléments de l'ensemble à mon sens.

Gentiane Weil
Gentiane Weil 04/06/2013 15:37:00

"Une situation crée une relation. Une situation nouvelle crée une relation nouvelle. L'amitié, c'est ce qui résiste à une modification de la situation où l'on est devenus amis. L'amitié est la plus rare des relations humaines. Il n'y a malheureusement pas de terme, en français, pour désigner ceux dont on retient un temps l'affection, la sympathie, l'intérêt, et à qui on les donne en retour. On les nomme bien légèrement des amis. Je les nomme des "à bientôt" (Françoise Giroud, Histoire d'une femme libre, Gallimard, janvier 2013).

Qu'écrirait aujourd'hui Françoise Giroud sur tous ces "à bientôt" rencontrés sur les réseaux sociaux ? Que nous ne deviendrons amis que lorsque les situations dans et par lesquelles nous nous sommes rencontrés auront bougé, changé de registre, d'amplitude, de durée ?

Françoise Giroud ne parlerait-elle pas d'un fâcheux raccourci culturel, qui en traversant l'Atlantique, nous fait traduire "friend" en "ami", alors que l'on veut seulement dire "relation". N'est-on pas justement en présence de ce qui s'appelle un "faux ami" ?

Internet a fortement élargi notre potentiel d'échanges et de rencontres, mais pas -encore- notre capacité à créer cette relation si particulière et exceptionnelle qu'est l'amitié !
Sauf si vous me prouvez le contraire, chers "A bientôt" du Digital Society Forum !

Philippe Clavaud
Philippe Clavaud 09/05/2013 16:24:31

Pour en rajouter dans les poncifs, l'article de Sciences Humaines de décembre 2012 - http://www.scienceshumaines.com/les-nouveaux-ennemis-d-internet_fr_29505.html - en fait une jolie liste. Internet favorise la surveillance des masses, nous rend seuls, un peu idiot et délinquant, en citant entre autres Andrew Keen et son "Culte de l'amateur"...

Julia Gualtieri
Julia Gualtieri 03/05/2013 16:52:49

Intéressant. Mais un éloge utilitaire des relations amicales numériques en est-il vraiment un ? Si les RS n'impactent finalement que les relations faibles sources "d'opportunités" et dont le temps consacré peut rapporter des "bénéfices" et qu'il faut "soigneusement calculer" est ce encore une relation "amicale" ? Ne serait-ce pas plutôt un travail de "capital social" ?


Sign up

Join the Digital Society Forum to discuss and react on articles and be informed of upcoming events

DSF