Nouvelles formes d'apprentissage

Comment notre cerveau se débrouille-t-il avec les TICE ?

Apprendre une information via le web, est-ce la même chose que de l’apprendre dans un livre ou de la bouche d’une personne ? Pas vraiment, si on en croit les différentes études menées sur les processus d’apprentissage et les nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement.

Depuis l’utilisation massive de la recherche d’information par les moteurs de recherche jusqu’à la lecture sur écran, notre environnement numérique chamboule notre cerveau. Cela commence par l’écriture qui depuis des millénaires s’effectuait sur des supports physiques ; les mouvements de la main guidant le stylo participent fortement à l’apprentissage ; avec la frappe sur un clavier qui remplace peu à peu la feuille de papier et le crayon, notre mémoire perd un atout précieux. Même chose pour la lecture sur écran qui demande à nos neurones beaucoup plus d’efforts pour rester concentré. Le scrolling et les liens hypertextes ne favoriseraient en rien la concentration et la plupart des internautes balayent une page web plus qu’ils ne la lisent.

Néanmoins, le constat est loin d’être aussi négatif. Pour de nombreux spécialistes, le web contribue à changer notre façon de raisonner et d’apprendre. En effet, face à une multiplication exponentielle de l’information et son accessibilité quasi immédiate, notre cerveau serait en train de se reconfigurer ; on observe ainsi un développement considérable des zones responsables de la prise de décision et des raisonnements complexes après une utilisation régulière des moteurs de recherche. Quant à notre mémoire, elle retient plus facilement l’emplacement d’informations plutôt que le « par cœur ». Un phénomène qui n’est pas sans rappeler la théorie de la mémoire transitive, voulant que chaque individu au sein d’un groupe soit le dépositaire d’un savoir spécialisé qu’il partage avec les autres en cas de besoin.

Au final, si notre cerveau n’est pas encore habitué au fait d’apprendre avec le numérique, force est de constater qu’il est déjà en train de changer.

> Comment notre cerveau apprend-il ?
Chercher une simple recette de cuisine sur internet et l’apprendre met en route des centaines de processus complexes dans votre cerveau. Plongez dans une visite guidée de vos réseaux de neurones…

> Écrire à la main, c’est bon pour le cerveau.
Que se passerait-il si nous laissions tomber l’apprentissage de l’écriture à la main pour nous concentrer sur le clavier ? Notre mémoire en prendrait un sacré coup. Découvrez pourquoi le stylo et la feuille de papier demeurent indétrônables.

> Écran, papier : vous lisez sur quoi ?
Depuis une trentaine d’années, nous n’avons jamais autant lu…sur des écrans. Une activité qui, pour notre cerveau, n’est pas si facile et perturbe notamment notre concentration.

> Comment le numérique modifie notre cerveau lecteur ?
Entre la perte d’attention et une habitude de plus en plus forte de zapper entre différents contenus, notre cerveau serait-il en train de se métamorphoser en chasseur d’informations efficace mais incapable de raisonner et d’associer des idées ?

> Google nous fait-il tout oublier ?
Quand n’importe quelle information est disponible en quelques clics, quel effet cela provoque-t-il sur notre mémoire ?

photo rédacteur :
David-Julien Rahmil

aller plus loin

les commentaires

Lire les réactions à l'article

Soyez le premier à réagir sur cet article !

Les sciences humaines et sociales d'Orange Labs

découvrez les travaux de recherche des chercheurs en SHS d'Orange Labs.

les SHS d'Orange Labs

s'inscrire et participer

Inscrivez vous sur le Digital Society Forum pour commenter et réagir sur les articles et être informé des événements à venir

s'inscrire

les sources

  • Diffusion des TIC et mobilité. Permanence et renouvellement des problématiques de recherche
    par Alain Rallet , Anne Aguiléra , Caroline Guillot
    Cet article propose une analyse critique des questionnements explorés par la littérature, en vue de mettre en avant les...
  • « Beyond 3-D Printers’ Magic, Possible Legal Wrangling »
    Un article du New York Times décryptant l’analyse de Desai et Magliocca.
  • Quelques exemples de negative SEO
    Le « negative Search engine optimization » ou référencement négatif existe, en voici encore la preuve.
toutes les sources